Bonjour à tous ! Merci de vous arrêter un instant sur mon blog financier...
Vous pouvez y découvrir le suivi de mon portefeuille boursier, un portefeuille réel géré seul depuis 2006. Mes investissements pour le très long terme sont réalisés à travers une sélection de fonds de placement (aussi appelés OPCVM ou Sicav).
Pour consulter les lignes précises du portefeuille, allez dans les menus sur la colonne de droite, puis à la rubrique "Mon portefeuille".
En plus de vous tenir au courant de l'évolution de ce portefeuille, je serai amené à poster des commentaires sur mes idées du moment, des articles que je trouve intéressant... etc. N'hésitez pas à laisser vos commentaires, suggestions ou questions.

vendredi 29 janvier 2010

Combien de gérants ont battu le marché en 2009 ? Citywire fait le compte...

Japan equities: 122 beat benchmark, 57 did not. 68% success rate. (2008: 20%)

US equities: 207 managers beat benchmark, 143 did not. 59% success rate. (2008: 22%)

Global equities: 342 managers beat benchmark, 521 did not. 40% success rate. (2008: 28%)

UK equities: 75 managers beat benchmark, 128 did not. 37% success rate. (2008: 44%)

European equities: 154 managers beat benchmark, 413 did not. 27% success rate. (2008: 53%)

Global emerging markets: 36 managers beat benchmark, 122 did not. 23% success rate. (2008: 30%)

2009 Total: 936 managers beat benchmark, 1384 did not. 40% success rate.

(Philip Haddon - Citywire - 29/01/10)

Veteran stars dismiss China bubble fears

Fund managers Anthony Bolton and Angus Tulloch have soothed fears that a bubble is emerging in China and expect their contrarian strategies to perform in momentum driven markets.

Speaking at an event organised by wealth advisers Saunderson House, the Fidelity and First State fund managers accepted that there are a number of headwinds in China but argued fears over a bubble in near term are a little overblown.

Tulloch is a long-time investor in China through his First State Asia Pacific fund. In contrast Bolton, a veteran UK equity investor is soon to make his first full-blown move into the arena with the launch of his own Chinese equities fund.

Bolton said: 'In my definition of a bubble they take several years to happen. I think the bear market wiped the slate clean. We are one and a quarter years into a bull market and that is not long enough for a bubble to emerge.

'However, I expect a lot more developed money to come into China and maybe over the long term a bubble could emerge.'

Meanwhile Tulloch was a little more concerned about the prospect of a bubble emerging, but has every confidence in the Chinese government adopting a sensible policy.

Tulloch said: 'What concerns me is if inflation rises to 3-5% and deposit rates remain at 2%. The government will have to move quickly on interest rates and I expect it to do so.'

Bolton, who first visited China back in 2003 and has visited the country twice a year ever since, will reveal the make up of his new fund in the next few weeks.

The severity of the downturn in the developed world has left him confident on the long term prospects for China. 'While chief executive officers in the West have got their confidence back my belief is that the Western world will not return to the level seen before the credit crunch,' he said.

'This is because of a number of factors including, high levels of government debt, overleveraged consumers and lack of availability of credit. Emerging markets look better and I expect growth there will look good relative to history.'

Bolton also believes China is on an S-curve, or a sweet spot, thanks to the emergence of a middle class. 'I have never seen China enter an S-curve - that's pretty important. There's a growing middle class spending money apartments and cars.'

With 30 years experience investing in emerging markets, Tulloch is a more seasoned investor in China. While he backed Bolton's assessment he was more cautious in his tone. 'While I'm a passionate advocate of the emerging market growth story I see my role as devil's advocate. The best stories contain a bad chapter or two.'

The level of quantitative easing (QE) in China is among Tulloch's biggest concerns. 'China has embraced fiscal stimuli with the same fervour as we have in the west if not more. The global crisis has struck China just as hard and the jury is still out on the long term success of QE.'

Tulloch went on to highlight a number of factors in China which could give investors cause for concern. These included a high surplus of steel and cement, an understated government debt position and signs the property market is overheating.

He also fears that political upheaval could have a major impact on the China story. 'It's only a matter of time before the Communist party in China is challenged. There is no sign of a more tolerant approach to political dissendents and it's hard to see a transition of power without severe turbulence.'

Yet Tulloch believes this could ultimately present an extraordinary buying opportunity. 'Overlooking this sad human dimension, the transition of power will provide one of the most exciting buying opportunities of the 21st century.'

From a stockpicker's perspective Bolton sees a number of opportunities, especially for the contrarain investor. 'A number of opportunities come from an undervalued, underdeveloped and under-researched point of view. Relative to developed markets the Chinese market is underdeveloped.'

But Bolton admits the lack of corporate governance continues to be an issue in China. 'Corporate governance is an issue and management can change the rules overnight. In a growth phase i expect there to be a few hiccups.'

Tulloch agrees with Bolton that China presents a fantastic opportunity for the contrarian, especially as it is a momentum driven market. 'Contrarian investors like Anthony will flourish but we at First State hope to do better,' Tulloch said.

'Careful stockpicking can make a significant difference. It always amazes me the scalability of a successful concept never ceases to amaze me. The calibre of management in China is great.'

(Dylan Lobo - Citywire - 26/01/10)

Vincent Strauss (gérant du fonds Magellan entre autres) conseille de vendre son fonds et d'acheter des ETF sur les marchés émergents !

Leading emerging markets manager Vincent Strauss from Comgest has warned investors that emerging market excess means that he and other fund managers like him face a period of underperformance. In order to benefit from an emerging bubble in the next two years, he says ETFs could be a better option.

Paris-based Strauss, who runs some €7.9 billion in emerging market equities and has more than 30 years' experience in the area, described himself as 'happy but nervous' about the increasing popularity of emerging markets among investors. He thinks huge flows to the region from the West will mean rising markets in the coming years and a period of excess.

'The big story of the next two years will be that the PE ratio of emerging markets will go up and we will reach excessive valuations,' he said.

All the ingredients are there for a bubble to develop, the manager of the Magellan and Comgest Growth Emerging Markets funds thinks. 'Today you have to be in equities by default, and by default again it makes sense to be in emerging markets. To have a bubble like development you need interest rates to be too low and you need a good story, something that is obvious. What is obvious to everyone today is that growth in developed economies will be more or less flat... of course everyone wants to increase their exposure to emerging markets.'

Strauss is honest about his prospects for when the real emerging market excess kicks in. 'Classic, conventional fund managers will suffer. People like us, First State and Aberdeen will all do a good job in the first stage, but in the next stage when the real excess begins we would all probably be too risk averse and defensive.'

He thinks for investors wanting to capitalise on emerging markets excess, ETFs may be a better bet than fund managers like him. 'A lot of investors still want to get exposure to emerging markets, the game is far from over yet. We are happy because we have more funds under management, but we are not comfortable with what we project. We are telling our customers that at some stage to capture the beta of emerging markets they will have to get out of our funds and buy ETFs. We are being honest. When markets are moving like the north face of the Matterhorn, we always underperform. We are low beta fund managers and our clients don't expect us to become opportunistic.'

However, if one wants to ride the wave and profit fully from an emerging market bubble, timing one's exit is clearly crucial, according to Strauss. 'When the emerging market bubble bursts, ETFs will be absolutely crucified,' Strauss warns.

Strauss, one of the more outspoken fund managers in Europe, also had strong words to say about the state of the Western banking system following the crisis. 'Nothing has been addressed, the self regulation of banks is a joke. Now they are a legal Madoff, especially with regards to derivatives- which are a zero sum gain. The new alchemy is 1+1=3 when it comes to bank's derivatives. It is all like a Ponzi scheme.'

(Philip Haddon - Citywire - 25/01/10)

jeudi 28 janvier 2010

EBRD ups 2010 growth forecasts for Middle Europe

The European Bank for Reconstruction and Development (EBRD) has revised upwards its 2010 growth forecasts for the Middle European region, reflecting a faster than expected economic recovery. The EBRD expects positive figures for most countries. But there are differences between the countries. Russia and the Slovak Republic will display strong growth figures, while Bulgaria will lag with only a neutral growth this year.

Continuing recovery
The EBRD forecasts a gradual global recovery during 2010. The global recovery will support regional growth, due to the increase in exports. For the year 2011 the development bank expects a continuing expansion with high growth rates.

                                 2010        2011
Bulgaria                    0,0           2,7
Romania                   1,3            2,3
Russia                      3,9            4,2
Slovak Republic        2,8            3,7

Table: EBRD outlook economic growth
(Note: The EBRD doesn’t publish growth forecasts for the Czech Republic. The Czech Republic graduated from EBRD, thanks to a successful transition)

Beside exports, foreign direct investments will support economic growth. For example, in Romania, Ford invests in the production of new and green models. The car producer received a loan of EUR 400 million from the European Investment bank (EIB). The Slovak Republic is likely to benefit from a rebound in the Eurozone. The country is deeply integrated into Western European manufacturing production. The development of domestic consumption will be also important. The EBRD is positive, but sees risks due to cautious lending policies by banks and expenditure cuts by the government. Furthermore, Russia may benefit from a rebound in prices for commodities and materials.

Positive surprises likely
According to our opinion the outlook of EBRD is in line with the economic reality. However we expect positive surprises, since a lot of institutes, like rating agency Moody’s and local governments, forecast a faster recovery. Moody’s forecasts a growth of 2.3% in Romania and the Russian authorities expect a growth of 5%. We forecast a similar recovery, because the countries come from low levels, due to the recession in 2009. The coming month could be very promising for local financial markets as well for the local businesses.

(site MEI - 25/01/10)

mardi 26 janvier 2010

Portefeuille : Vente et Achat

La semaine dernière j'ai procédé à la vente de mon fonds "or", le fonds BGF World Gold A2 USD, pour racheter des parts du fonds JPM Global Natural Ressouces.
Ce n'est pas tout à fait un arbitrage puisque j'ai finalement racheté un peu moins du fonds de chez JPMorgan.

La vente de la totalité de mes parts du fonds BGF s'est faite le 19 janvier à la VL de 36,0798 euros.
Le rachat des parts du fonds JPM s'est fait le 20 janvier à la VL de 16,06 euros.

Les liquidités dégagées entrent donc dans la part "liquidités" du portefeuille. A celles-ci viennent s'ajouter les économies provenant de mon salaire, d'où une augmentation assez nette en pourcentages : de 5,7% je passe à 8% du portefeuille.

Je ne pense pas dépasser les 10% ; si aucune correction digne de ce nom intervient d'ici là, les économies mensuelles provenant du salaire seront tout de même investies, sur un des fonds.

dimanche 24 janvier 2010

Portefeuille : Pas d'investissement au mois de janvier

Ce mois-ci je décide de ne pas injecter en Bourse mes économies mensuelles provenant du salaire ; pour rappel, ces liquidités font partie du rendement lors de mes calculs hebdomadaires...
C'est le 6ème mois consécutif où je ne renforce aucun fonds.

Les marchés des pays Baltes : parfois en net décalage par rapport aux indices mondiaux !

vendredi 22 janvier 2010

Europe de l'Est : la dernière lettre d'East Capital (janvier 2010)

Voici la dernière lettre très complète, en français, d'East Capital sur les marchés d'Europe de l'Est :
une revue des marchés de Russie et CEI, des marchés baltes, d'Europe Centrale et d'Europe du sud-est ainsi qu'un point sur les différents portefeuilles.

le lien pour télécharger le fichier pdf

mercredi 6 janvier 2010

Portefeuille : Rapport de gestion 2ème semestre 2009

Voici mon rapport de gestion pour la 2ème moitié de l'année 2009 (cliquer sur les graphiques pour les agrandir...)
Dorénavant, j'effectuerai ce rapport uniquement en fin d'année (annuel au lieu de semestriel), le portefeuille étant amené à moins évoluer.

Mouvements sur le 2ème semestre 2009 :
Rien de changer concernant la construction du portefeuille, mes thèmes favoris étant les économies émergentes et notamment celles d’Europe de l’Est, les matières premières et de manière plus globale les petites et moyennes capitalisations. Depuis septembre 2007 j'investis régulièrement les économies provenant de mon salaire, mais depuis le mois d'août 2009 les renforcements ont été provisoirement interrompus (hausse des marchés irrationnelle ?). Les liquidités créées entrent désormais dans le calcul du rendement du portefeuille.

Aucun mouvement au cours du 2ème semestre 2009.

Les changements deviennent maintenant peu fréquents, et je ne fais que renforcer les fonds déjà présents dans le portefeuille : ma confiance reste entière pour les gérants ayant fait leur preuve, même si temporairement la performance d'un fonds peut décevoir...

Parmi les fonds ou actifs présents au sein du portefeuille :
les 4 meilleures progressions de l'année (du 31 décembre 2008 au 31 décembre 2009, en euros) sont : JPM Global Natural Ressources (+111,6%) ; East Capital Explorer (+76,7%) ; Odin Offshore (+76,6%) et Sextant PEA (61,8%)

A noter que ces 4 fonds composaient déjà le top 4 au 30 juin 2009 !

les 4 moins bonnes progressions de l'année sont : Napoléons (+13,2%) ; MEI Roemeneï en Bulgarije (+19,4%) ; Or physique (+21,4%) ; East Capital Baltic (+23,7%)

Même liste de fonds qu'au 30 juin 2009 !

Positions et répartitions au 31/12/09 :

Performance :
Performance YTD (31/12/08 au 31/12/09, en euros)
Portefeuille Yayofonds : +50,40%
MSCI World : +30,43%
MSCI World Small Cap : +45,98%
MSCI Emerging Markets : +72,94%

les données manquantes correspondent aux vacances prolongées ;)

Rendement annualisé depuis la création du portefeuille : -1,11%

Perspectives d'évolution du portefeuille :
Les perspectives d’évolution pour les mois ou années à venir sont les suivantes :
- augmenter la part consacrée aux marchés émergents
- continuer à investir régulièrement

Merci et bon courage à tous !

mardi 5 janvier 2010

Ian Henderson, gérant du fonds JPM Global Natural Resources

En moyenne, les prix des matières premières ont quasiment doublé en un an. Si le risque de bulle est réel, Ian Henderson, gérant du fonds JPM Global Natural Resources chez JP Morgan AM, en relativise néanmoins la portée.

En un an, l'or est passé de 800 à environ 1 200 dollars l'once. Comment expliquer une telle progression ?
Les inquiétudes sur les devises, en particulier la méfiance vis-à-vis du dollar, et plus généralement les incertitudes sur l'économie mondiale, ont constitué en 2009 des facteurs porteurs pour l'or. Mais, surtout, la position des banques centrales a évolué. Alors qu'elles étaient principalement vendeuses d'or durant ces vingt dernières années, elles sont maintenant devenues acheteuses. Début novembre, le gouvernement indien a acheté 200 tonnes d'or. Cela a conforté les investisseurs dans l'idée que les banques centrales allaient continuer à diversifier leur portefeuille, en particulier dans les pays émergents où les réserves en dollars sont conséquentes. Une évolution majeure qui a, bien sûr, contribué à la hausse du prix de l'or. En outre, la tendance haussière de l'or s'explique aussi par l'appétit croissant, surtout depuis la débâcle de Lehman, pour les ETF. Les craintes concernant la sécurité des liquidités placées au sein des banques en 2008 puis le contexte de taux très bas ont conduit la plupart des investisseurs à diversifier leurs portefeuilles, les ETF leur permettant d'être investis de façon exclusive sur l'or. Un autre facteur est également à prendre en compte : la rareté de l'or physique. La quantité produite, qui baisse d'année en année, approche 2 500 tonnes par an, ce qui correspond à peu près à la demande émanant du secteur de la joaillerie. En fait, la hausse de l'or est surtout liée aux mouvements des investisseurs spéculatifs. La quantité d'or équivalente aux achats d'ETF dépasse plus de mille tonnes, soit environ six mois de production ! Mais, en termes de valeur, les investissements en or représentent toutefois une faible part (0,003 %) du montant total investi sur les marchés internationaux développés, qui atteint plus de 22 000 milliards de dollars.

A court terme, l'or s'inscrit en baisse depuis son récent record historique. Pour quelles raisons ?
La récente baisse de l'or peut être expliquée par plusieurs facteurs. Les chiffres de l'emploi aux Etats-Unis ont été moins négatifs que prévus. Les marchés ont donc considéré que la période de liquidité abondante, à moindre coût, allait s'achever. Le renforcement des anticipations de hausse des taux fait émerger de nouvelles perspectives d'investissement. Dans ce contexte, de nombreux investisseurs ont adopté une position courte (c'est-à-dire une position vendeuse) afin de prendre rapidement leurs plus-values, profitant ainsi de la hausse enregistrée par l'or durant ces derniers mois.

Pensez-vous qu'il y ait un risque de bulle sur les matières premières ?
Oui. Si l'on regarde le panel des matières premières, aucune situation de pénurie (en termes de matériaux) n'est à signaler. Le risque de bulle est pourtant réel dans la mesure où ce sont les acheteurs de matières premières non commerciaux qui influencent actuellement le marché des matières premières. Néanmoins, en termes de valeur, ce risque est à nuancer car les investissements sur le marché des matières premières ont atteint environ 50 milliards de dollars en 2009. Si l'on compare ce chiffre au montant total investi chaque année sur le marché des changes ou sur le marché obligataire, il reste limité. Certaines sociétés ont des valorisations supérieures au montant total des investissements en matières premières !

Quelles ont été les matières premières les plus performantes en 2009 ? Sur quelles matières premières investir cette année ?
En 2009, les matières premières qui ont affiché les plus fortes hausses sont le plomb, avec une augmentation de plus de 138 % à la mi-décembre, et le cuivre (+134 %). Mais, en moyenne, le prix de l'ensemble des matières premières a quasiment doublé. Même le prix du pétrole est passé du simple au double : de 35 dollars le baril à 70 dollars environ. De notre point de vue, le prix du molybdène (utilisé dans les alliages et les aciers) pourrait afficher une forte hausse cette année. L'acier ainsi que ses composants (notamment le manganèse) devraient s'inscrire en forte hausse car leur prix n'a pas rebondi autant que prévu en 2009. Si nous attendons plutôt une normalisation de la consommation d'acier dans les pays occidentaux, la consommation devrait continuer à augmenter en Chine en raison de ses projets d'infrastructures. Plus de la moitié de la consommation d'acier est désormais chinoise.

Anticipez-vous une hausse de la volatilité sur le marché des matières premières ?
Il est très probable que la volatilité s'inscrive en hausse dans les mois, voire les années à venir. Les marchés des matières premières ne sont pas extrêmement liquides. En cas de pressions sur les prix ou de déséquilibre entre le nombre d'acheteurs et de vendeurs, l'ampleur des variations pourrait être encore plus importante que dans le passé, car les investisseurs sont aujourd'hui majoritairement constitués d'investisseurs spéculatifs et non d'acheteurs commerciaux.

Quel scénario envisagez-vous concernant le pétrole ?
Nous sommes relativement prudents quant à l'évolution du prix du pétrole, marquée par des phénomènes de spéculation. Les investisseurs souhaitent en effet profiter du «contango» actuel, c'est-à-dire d'une configuration de marché où le prix spot du pétrole est inférieur au prix d'un contrat à terme. Cela signifie qu'une livraison future est plus chère qu'une livraison actuelle. Une situation idéale pour les spéculateurs qui réalisent des profits au travers de la vente de contrats à terme. De leur côté, les pétroliers cherchent à faire des gains en retenant des bateaux chargés de pétrole pour le vendre ultérieurement plutôt que de le vendre à moindre coût sur le marché spot. Le même phénomène de contango se produit d'ailleurs sur le marché des métaux de base (surtout l'aluminum). Mais au-delà de cette tendance spéculative, la demande réelle reste quant à elle déprimée, en raison de la diminution de la consommation aux Etats-Unis comme en Europe, où la demande de pétrole devrait continuer à reculer en 2010. Dans ce contexte, l'OPEP a d'ailleurs décidé de ne pas augmenter ses capacités de production.

Les perspectives de croissance en Chine sont-elles susceptibles de faire monter le prix du pétrole ?
Aujourd'hui, la consommation de pétrole en Chine n'est pas significative : en effet, elle représente environ 10 % de la consommation mondiale, soit moins de la moitié de la consommation aux Etats-Unis. Cependant, cette situation évolue rapidement, la consommation chinoise progressant d'année en année. A titre d'illustration, le nombre de voitures vendues en Chine dépasse désormais les ventes enregistrées aux Etats-Unis. A l'avenir, l'influence de la Chine sur l'évolution du prix du pétrole sera de plus en plus importante.

Vous êtes gérant du fonds «JPM Global Natural Resources». Quelles positions seront privilégiées cette année, notamment en termes de répartition sectorielle ?
Actuellement, nous surpondérons les métaux précieux, ainsi que, dans une moindre mesure, les métaux de base. En revanche, nous sous-pondérons le secteur énergie. Notre portefeuille est aujourd'hui investi à hauteur de 21 % environ dans des sociétés présentes dans le secteur des métaux de base (avec l'initiation d'une position sur l'acier) et à hauteur de 38 % dans des sociétés appartenant au secteur de l'or et des métaux précieux. Si l'économie se stabilise, il est probable que nous révisions à la hausse nos positions sur les métaux de base et à la baisse celles sur l'or. Nos positions dans le secteur de l'énergie représentent quant à elles 23 % du portefeuille, dont près de 16 % dans le pétrole et le gaz naturel et la part restante dans le charbon et l'uranium. Une chose est sûre, nous entrons dans une longue période de hausse des prix des matières premières, sans doute marquée par des épisodes volatils, mais alimentée par les perspectives de développement économique dans les pays émergents.

(Angèle Pellicier - AOF Funds - 05/01/10)

vendredi 1 janvier 2010

"Pour bien débuter 2010 en Bourse, nous avons équilibré notre portefeuille entre valeurs cycliques, titres défensifs et paris spéculatifs"

Le fonds que je possède en portefeuille est le Moneta Micro Entreprises et non le Moneta Multi Caps, mais la stratégie du gérant est similaire...

En 2009, la stratégie de Romain Burnand, gérant de Moneta Multi Caps, a encore porté ses fruits : son fonds affiche un gain de 32%, contre 23% pour le CAC 40. Pour 2010, il compte bien continuer à investir à contre-courant et miser sur des entreprises injustement sanctionnées par le marché. Bénéteau, Haulotte Group... cet adepte du "stock-picking" nous révèle ses derniers paris. : Après avoir limité la casse en 2008, vous faites, une nouvelle fois, mieux que le CAC 40 cette année. Comment expliquer ces performances ?

Romain Burnand : En 2009, MMC a profité de sa forte exposition aux petites et moyennes capitalisations, des valeurs qui ont nettement plus rebondi que le reste de la cote. Fidèles à notre stratégie, qui consiste à sortir des sentiers battus, nous avons misé au bon moment sur des entreprises tombées en désuétude ou faisant l'objet de craintes exagérées. Nous nous sommes, par exemple, renforcés sur Euler Hermes en mars et sur Eurotunnel cet été, deux actions qui se sont envolées cette année. : Quel est le risque de votre stratégie, qui consiste à investir à contre-courant ?

Romain Burnand : Contrairement à la tendance naturelle de se positionner sur des valeurs ayant le vent en poupe, nous investissons souvent dans des entreprises confrontées à des difficultés et dont le cours s'est, du coup, effondré. Le risque de déception est forcément plus élevé : nous en avons fait les frais sur Veolia Environnement cette année. Mais, nous limitons ce risque par une analyse minutieuse des comptes des entreprises, par nos rencontres avec les dirigeants. Pour le moment, cela nous a plutôt réussi : le fonds affiche un gain d'environ 13,7% depuis sa création en 2006, contre une chute d'environ 25% pour le CAC 40. : L'année 2010 sera-t-elle aussi favorable aux actions que 2009 ?

Romain Burnand : La visibilité reste faible. La remontée des taux des banques centrales et l'explosion des déficits publics sont autant de menaces qui pèsent sur l'amélioration de la conjoncture. Pour autant, 2010 pourrait être une bonne année pour les actions. Les actions restent très raisonnablement valorisées car les investisseurs sont globalement restés prudents. C'est pourquoi nous n'avons pas cédé à la tentation de prendre des bénéfices en cette fin d'année. : Dans cet environnement incertain, comment avez-vous bâti votre portefeuille ?

Romain Burnand : Nos choix d'investissements ne sont pas des paris sur la tendance des marchés. Ils reposent sur des analyses au cas par cas. C'est ce que nous appelons, dans le jargon, du stock-picking. Aujourd'hui, nous continuons d'évoluer à contre-courant : alors que les investisseurs se séparent souvent des titres les plus volatiles en fin d'année et arbitrent en faveur des grandes capitalisations, nous nous sommes renforcés sur des valeurs moyennes plus risquées, comme Bénéteau ou Haulotte Group. Notre portefeuille se décompose en trois grands thèmes, également répartis : des actions d'entreprises dont les résultats sont fortement corrélés à la conjoncture et qui sortiront renforcées de la crise (Bénéteau, Kloeckner, Euler Hermes, BNP Paribas...), des sociétés à fort potentiel de croissance mais qui ont eu un accident de parcours en 2009 (Delachaux, Teleperformance, Bureau Veritas...), et des valeurs défensives faiblement valorisées (Sanofi-Aventis, Vivendi, France Télécom...). Nous espérons que cette alchimie permettra à notre fonds de poursuivre sur sa lancée et de bien débuter l'année.

(Thomas Le Bars - Capital - 30/12/09)

Europe de l'Est : la dernière lettre d'East Capital (décembre 2009)

Voici la dernière lettre très complète, en français, d'East Capital sur les marchés d'Europe de l'Est :
une revue des marchés de Russie et CEI, des marchés baltes, d'Europe Centrale et d'Europe du sud-est ainsi qu'un point sur les différents portefeuilles.

le lien pour télécharger le fichier pdf